La consommation en France en 2013

D’après l’INSEE, en 2013, le revenu disponible brut des ménages a augmenté (+0,6%) à un rythme proche de celui de 2012 (+0,5%). En partie grâce à la moindre inflation (+0,6% en 2013 après +1,4% en 2012), le pouvoir d’achat s’est stabilisé après le net recul en 2012 (-0,9%). Par contre le revenu moyen par unité de consommation s’est contracte de 0,6% en 2013, après la contraction de 2012 (-1,5%). Néanmoins, le pouvoir d’achat du revenu arbitrable individuel décroît (-1,3%) suite à la forte augmentation des dépenses « pré-engagées », notamment les dépenses liées au logement (loyers et dépenses énergétiques dans les logements). L’augmentation des dépenses de chauffage reflète les conditions météorologiques relativement rigoureuses du premier semestre.

 

Même si en 2013, la consommation des ménages a augmenté légèrement plus vite que leur revenu disponible brut, leur taux d’épargne est resté quasi stable (15,1%). Certains produits on vit leur demande chuter. Par exemple, les dépenses en transports se sont contractées pour la deuxième année consécutive. La demande d’automobiles neuves s’est replie pour la quatrième année consécutive. Et à l’intérieur des achats des voitures on constante une augmentation des immatriculations des voitures d’essence et des petites voitures (cinq chevaux fiscaux et moins) et une réduction pour les voitures à moteur diesel (-19% en nombre d’immatriculation).

L’évolution des dépenses en carburants suive celle des voitures et des dépenses en transports collectifs ferroviaires (également en chute). La seule progression concerne le transport aérien.

L’augmentation de la dépense téléphonique (en volume) a été inférieure à la réduction des prix. Les ménages privilégient toujours davantage l’achat des smartphones. Le succès des tablettes a contribué à la forte croissance des équipements informatiques (+8.3%). Par contre, les achats de produits de l’électronique grand public ont reculé (-3,7% en volume).

Les dépenses de loisirs (musique, livres, jeux en ligne) ou celle de consommation dans les hôtels, cafés et restaurants se sont aussi contractées (sauf pour le camping). Par contre la consommation des ménages en assurances (assurance-vie et santé) s’est accélérée (sauf l’assurance logement qui s’est contractée). Les dépenses de santé privées et collectives se sont accélérées, de même pour les dépenses en services d’éducation (publique et privée). Les dépenses en alimentation, tabac ou chaussures et habillement ont également chuté.

 

Références

Texte : Insee, www.insee.fr

Image : Microsoft ©

La estrategia de Peugeot – Citroën

Desde 2011, el Grupo PSA Peugeot – Citroën atraviesa una situación de pérdidas. En 2012, las ventas del grupo a nivel mundial se contrajeron. Una caída motivada por los mercados de Europa del Oeste, especialmente Francia, Italia y España. La expansión de las ventas en China y América Latina no pudo compensar la contracción de los primeros. La situación de crisis económica y de atonía del consumo justifica una parte de la caída de las ventas. Pero no todo. Por ello, se esperaba con mucho interés el plan estratégico del nuevo directivo del grupo, Carlos Tavares, director de operaciones de la rama del automóvil de PSA desde el primero de abril de 2014.

Un nuevo plan que, además, debería de beneficiarse de la posible recuperación del mercado europeo. La Asociación de Constructores de Automóviles Europeos ha publicado nuevos datos en abril de 2014. Los datos muestran una recuperación del mercado europeo. El Reino Unido y España han crecido con tasas de dos dígitos (13,7% y 10,0%, respectivamente). En Francia, el crecimiento fue del 8,5%; del 5,4% en Alemania; y, 5,0% en Italia. En términos de ventas, Peugeot ha crecido un 12,9% y Citroën un 8,5%. El grupo Volkswagen ha aumentado sus ventas en un 8,6%, Ford un 14,6% y Nissan un 15,2%. La marca con un mayor crecimiento de ventas es Dacia del Grupo Renault que incrementó sus ventas en un 53,3% (y el grupo en su conjunto, un 30,4%) (Les Echos, 17/04/2014).

PSA y la reducción del número de modelos como estrategia

El aspecto más significativo de la nueva estrategia para PSA es la reducción del número de productos, desde los 45 modelos actuales a 26. Pero al mismo tiempo se plantea propulsar al nivel de marca DS. De hecho, DS funciona como marca independiente en el mercado Chino, dónde se presenta sin acompañamiento del logo de Citroën. En unas declaraciones recogidas por el periódico económicos “Les Echos”, Carlos Tavares consideraba que, en las empresas competidoras de PSA, son las marcas de más alta gama las que contribuyen a alimentar los resultados empresariales. En su opinión, es necesario aumentar la gama de los productos, y éste es el propósito al desarrollar DS como una marca autónoma. Sin embargo, el propio directivo reconoce la necesidad de ajustar los precios.

Sin embargo, que la marca con mayor expansión en el mercado europeo sea Dacia del Grupo Renault conduce a conclusiones muy diferentes. En un contexto de crisis económica, de paro masivo y con severas restricciones en el crédito, parece que la sensibilidad al precio de los consumidores se ha elevado.

Nuevo posicionamiento de las marcas

Dentro de la nueva estrategia, en relación con la marca Peugeot, el nuevo directivo quiere posicionarla como una combinación de rigor y fiabilidad germánica y emoción latina. Por su parte, los vehículos de Citroën se asimilarán al confort y sus modelos incorporarán todas las innovaciones prácticas que garanticen una conducción agradable. Dentro del grupo, Citroën quiere ser la marca que incorporé los posibles nuevos conceptos de vehículos, como en su momento fue el caso de los monovolúmenes y los SUV o todoterreno ligeros.

PSA: automóviles más globales

Para Carlos Tavares, la reducción en el número de modelos tiene que llevarse a cabo con una definición de productos más globales, menos regionales, menos específicos de los mercados regionales. Una decisión que coincide con la retirada de Chevrolet del mercado europeo. General Motors ha justificado su decisión de retirar la Chevrolet del mercado europeo en la mala situación económica del viejo continente. Pero, la contracción general de ventas del sector del automóvil se produce al mismo tiempo que se evidencia la incapacidad de Chevrolet a conseguir una cuota de mercado mínima que justificase su presencia europea. La adquisición de Daewoo y la relogotipación de los modelos de ésta no sirvieron para propiciar un crecimiento en el mercado. También intervino la canibalización entre modelos Chrevrolet y Opel (por ejemplo Aveo / Corsa, Trax / Mokka y Malibu / Insignia). Asimismo, la incompleta adaptación de los modelos de Chevrolet al mercado europeo es un factor que no se puede despreciar a la hora de querer entender su retirada.

Es cierto que contar con un elevado número de modelos debería permitir una mejor adaptación al mercado y a los distintos segmentos que lo componen, a riesgo de una autocanibilización. Es difícil establecer una buena segmentación, pero esto puede ser un componente importante del éxito. Nadie niega que esto, en el caso de un grupo concreto, pueda pasar por reducir el número de modelos. Pero, dado los últimos datos, parece difícil no tomar seriamente en cuenta desarrollar modelos low-cost. No incorporarlos en la cartera de productos puede ser un error.

E.F.

______

Fuentes:

  • Les Echos, Le marché automobile européen accélère sa progression en mars, 17/04/2014
  • Imagen (c) Microsoft

Se deteriora la confianza de los hogares franceses

En el mes de noviembre se ha producido una caída en la confianza de los hogares franceses según publica el INSEE. La opinión de los hogares franceses manifiesta una estabilidad en su capacidad de ahorro presente, pero consideran que, en un futuro inmediato, se va a deteriorar. Tanto la percepción presente como la futura están por debajo de la evolución a largo plazo de la opinión relativa a la capacidad para ahorrar. Tras esta inquietud se encuentra la preocupación sobre el nivel de vida que en la percepción de los franceses se está reduciendo.

Gráfico 1. Evolución del indicador de confianza de los hogares franceses

Fuente: Insee.fr

Por su parte, entre 2010 y 2011, la renta bruta disponible aumento un 2,7% mientras que entre ese último año y 2012, lo hizo solamente en un 0,9%. En cambio los precios aumentaron en un 1,9%. Entre 2011 y 2012, el poder de compra por persona cayó un 1,4% y por familia también se redujo en un 1,9%.

La mayor preocupación se refiere al paro. Aumenta la distancia entre los que se manifiestan optimistas y los pesimistas en relación a la evolución del mercado de trabajo. En 2008, la tasa de paro en Francia era del 7,4% mientras que a finales de 2012 era de 9,8% y actualmente supera el 10%.

Contacto

Pouvoir d’achat, chômage et inégalités en France

Après une augmentation de +0,1 % au troisième, en France, le revenu disponible brut des ménages baisse de 0,5 % au quatrième trimestre. Le revenu disponible brut ou RDB est une grandeur macro-économique, qui mesure le revenu à disposition des ménages pour consommer et épargner.

Le revenu disponible des ménages

Selon l’INSEE, le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité, les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs. Quatre impôts directs sont généralement pris en compte : l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation et les contributions sociales généralisées (CSG) et contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS).

Revenu disponible = Revenu primaire – impôts – cotisations sociales + prestations sociales.

Le comportement du revenu disponible est déterminé tout d’abord par celui du revenu primaire. Le revenu primaire (ou les revenus primaires) des ménages est le revenu que les ménages tirent de leur contribution à l’activité économique, soit directement (revenu d’activité salariée ou non salariée), soit indirectement (revenu de placement mobilier ou immobilier). Il n’inclut donc pas les prestations sociales – c’est un revenu avant redistribution. C’est le fruit de la distribution du marché.

Revenu disponible = Salaire + Revenus non salariaux (bénéfices, honoraires …) + Revenus de la propriété (dividendes, Loyer …) – impôts – cotisations sociales + prestations sociales

Salaires, prestations sociales et impôts

D’après l’INSEE, la masse salariale reçue progresse légèrement (+0,3 % après +0,4 %), les prestations sociales restent dynamiques (+0,9 % après +1,0 %). Mais ces effets favorables sont plus que compensés par la forte hausse des impôts sur le revenu et le patrimoine (+7,0 % après +4,0 %). Cette augmentation au second semestre résulte notamment des mesures votées pour rehausser le rendement de l’impôt sur le revenu en 2012, ainsi que par la contribution exceptionnelle pour les redevables de l’ISF en toute fin d’année. De même les cotisations sociales à la charge des salariés accélèrent au quatrième trimestre (+2,0 % après +0,7 %) avec la hausse du taux de cotisation et la suppression des exonérations sur les heures supplémentaires.

La masse salariale est le cumul des rémunérations brutes des salariés de l’établissement (hors cotisations patronales). Les rémunérations correspondent aux salaires et primes des salariés au cours de l’année d’exercice.

Des écarts salariaux

La masse salariale est déterminée par l’évolution des salaires et celle de l’emploi (ou du chômage). En France, les salaires sont en réduction avec la crise économique, surtout pour les déciles inferieurs.

D’après Bertrand Marc, Nathalie Missègue et Laurence Rioux, les écarts de revenu salarial d’un salarié à l’autre sont élevés : en 2009, le quart des personnes aux revenus salariaux les plus hauts perçoivent dix fois plus que le quart de celles qui ont les revenus salariaux les plus faibles. Les différences de durée d’emploi sur l’année expliquent 84 % de ces écarts. Le reste provient des différences de salaire horaire.

Les inégalités de revenu salarial ont diminué entre 1995 et 2009, en raison d’une augmentation des durées d’emploi pour les « bas revenus salariaux » : les 25 % de personnes aux revenus salariaux les plus faibles ont travaillé en moyenne 95 jours (en équivalent-temps plein) en 2009, contre 81 jours en 1995. Les inégalités de salaire horaire ont fluctué avec la conjoncture mais restent tendanciellement stables sur la période 1995-2009.

Source : OCDE (2013), Le chômage s’accroît, dans Études économiques de l’OCDE : France 2013, Éditions OCDE

La faiblesse de certains revenus salariaux tient à des raisons diverses : entrée ou sortie en cours d’année du marché du travail (fin d’études, départ en retraite), cumul d’une activité salariée et d’une activité d’indépendant, perte d’emploi, etc. Pour 20 % des « salariés », c’est-à-dire des personnes ayant touché au moins un salaire dans l’année, les revenus salariaux sont « complétés » par d’autres revenus liés à une activité présente ou passée, comme des allocations chômage, des pensions de retraite ou des revenus d’indépendant.

Pouvoir d’achat, prix et impôts

Par ailleurs, le pouvoir d’achat désigne ce que l’on peut consommer ou épargner avec son revenu. Pour connaître l’évolution du pouvoir d’achat, il faut connaître l’évolution des prix, mais aussi l’évolution des revenus : si les revenus augmentent plus vite que les prix, le pouvoir d’achat augmente.

Les prix de la consommation progressent en outre de 0,3 % au quatrième trimestre (après +0,1 % au trimestre précédent), si bien qu’au total le pouvoir d’achat du revenu des ménages recule de 0,8 % au quatrième trimestre 2012 après avoir stagné à l’été. Sur l’ensemble de l’année, il baisse également : –0,4 % après +0,5 % en 2011, soit le premier recul depuis 1984 (–1,1 %). Mesuré par unité de consommation, ce qui permet de le ramener à un niveau individuel, il se replie de 1,0 % en 2012 (après –0,1 % en 2011). La forte hausse des impôts (+10,0 % après +6,6 % en 2011) est le principal facteur de cette baisse.

Les causes des inégalités

Les inégalités actuelles ne sont pas exclusivement liées à la perte d’emploi, même si celle-ci est une cause majeure. Pour les scientifiques sociales des Etats-Unis, la résurgence des inégalités est provoquée par un progrès technique biaisé. Les technologies de l’information et de la communication seraient complémentaires des salariés qualifiés, en augmentant leur productivité, et substituables aux salariés peu qualifiés, en les remplaçant. Le faible coût et la forte expansion de ces technologies bouleverseraient le marché de l’emploi par une réduction du nombre d’emplois peu qualifiés et des salaires concernés. La qualification technologique des emplois conduirait à une augmentation de la productivité. Un constat appuie cette explication : les différentiels de rémunération entre salariés qualifiés et non qualifiés s’accroissent conjointement avec la proportion de salariés qualifiés au sein même des différents secteurs d’activités.

Les inégalités en Europe

Par contre, en Europe, jusqu’au début des années 1990, les inégalités ne seraient pas liées aux changements technologiques, mais au changement structurel. L’afflux croissant de diplômés était absorbé non pas par une augmentation du recours aux diplômés au sein des différents secteurs de l’économie, mais bien plutôt par une redistribution progressive de l’emploi et de l’activité de l’industrie lourde (où les emplois non qualifiés seraient nombreux) vers les services et le tertiaire (plutôt plus qualifiés). Beaucoup plus que d’un chômage technologique, les personnes peu qualifiées ont alors souffert de la désindustrialisation du pays et des destructions massives d’emplois dans les industries où les non-qualifiés sont proportionnellement plus nombreux.

Selon cette thèse, à partir des années 1990, l’Europe connaitrait une double source des inégalités. Au chômage massif de la désindustrialisation s’ajouterait, comme aux États-Unis, un surcroît du chômage et une diminution des salaires par des causes technologiques.