Desnutrición y pobreza en América Latina y el Caribe en 2013

De acuerdo con los datos que acaban de publicarse en el último informe de la FAO sobre la nutrición y la seguridad alimentaria en América Latina y el Caribe*, entre 2008-10 y 2011-13, la malnutrición se ha reducido en 3 millones de personas al pasar de 50 millones a 47. Durante el mismo período, a nivel mundial la reducción ha sido de 36 millones. En el caso de América Latina y el Caribe, desde 1990 a 2013, se ha reducido en 19 millones el número de personas que pasan hambre de manera crónica. La desnutrición afecta con mayor intensidad a El Caribe que a América Latina. Para 2013, la prevalencia de la subalimentación es del 19,3% para el Caribe y del 7,9% en América Latina. Pero, incluso, en el caso de esta última, existen importantes diferencias entre países: Guatemala (30,5%), Paraguay (22,3%), Nicaragua (21,7%) y Bolivia (21,3%). Por su parte, la proporción de población que pasa hambre en Haití es del 49,8%.

También la evolución es favorable si se toma en consideración el indicador de desnutrición global. Se trata de una propuesta de la Organización Mundial de la Salud (OMS) para medir el bajo peso para la edad. En este caso, se aprecia que la mayor parte de los países de la región exhibe tendencias positivas, alcanzando valores inferiores a 10% para el período 2005-2012, e inferiores al 5% del total de la población infantil en buena parte de los países considerados.

La contrapartida de estas dos tendencias favorables es el agravamiento del problema de sobrepeso. Se trata, sin duda, de una enfermedad compleja y multicausal, en la que inciden factores metabólicos, genéticos, conductuales, ambientales, culturales y socioeconómicos. En América Latina y el Caribe, su prevalencia en adultos alcanza al 23% y en niños en edad preescolar supera el 7%. Con las excepciones de Argentina, Chile, Costa Rica, Guatemala, Haíti y México, en el resto de países la evolución es negativa. No obstante, en países como Haíti puede pensarse que la reducción de la obesidad resulte de los problemas de nutrición.

Por otra parte, América Latina y el Caribe presenta una buena evolución en términos de reducción de la pobreza extrema. El Banco Mundial estableció como criterio para el reconocimiento de una situación de pobreza extrema como la imposibilidad de adquirir los productos necesarios para sobrevivir. La CEPAL ha estimado que la población en situación de indigencia se ha reducido del 23%, en 1990, al 12%, en 2010; y, la pobreza se redujo del 48% al 31%, durante el mismo período.

No obstante, se observa también en la actualidad una ralentización en los avances frente a la indigencia. Entre 2010 y 2012, solamente paso del 12,1% al 11,4%. Pudiendo indicar una menor eficacia de los instrumentos aplicado para seguir reduciéndola.

Durante todos estos años, la base de la lucha contra la pobreza y la indigencia ha estado en la coyuntura económica y las políticas sociales. El Panorama señala que los avances responden a la combinación de crecimiento económico, compromiso político y una decidida acción pública, bajo el enfoque de doble vía que complementa políticas que atienden las urgencias sociales con aquellas cuyo objetivo es cambiar las estructuras que generan exclusión y desigualdad.

 

________

______

Glosario de términos

  • Malnutrición: Estado patológico debido a la deficiencia, el exceso o la mala asimilación de los alimentos.
  • Desnutrición: Estado patológico resultante de una dieta deficiente en uno o varios nutrientes esenciales o de una mala asimilación de los alimentos.

Hay 3 tipos de desnutrición:

  • Desnutrición aguda: Deficiencia de peso para altura (P/A). Delgadez extrema. Resulta de una pérdida de peso asociada con periodos recientes de hambruna o enfermedad que se desarrolla muy rápidamente y es limitada en el tiempo.
  • Desnutrición crónica: Retardo de altura para la edad (A/E). Asociada normalmente a situaciones de pobreza, con consecuencias para el aprendizaje y menos desempeño económico.
  • Desnutrición global: Deficiencia de peso para la edad. Insuficiencia ponderal. Índice compuesto de los anteriores (P/A x A/E = P/E) que se usa para dar seguimiento a los Objetivos del Milenio.

Fuente de los términos: http://www.unicef.org/lac/glosario_malnutricion.pdf

Se deteriora la confianza de los hogares franceses

En el mes de noviembre se ha producido una caída en la confianza de los hogares franceses según publica el INSEE. La opinión de los hogares franceses manifiesta una estabilidad en su capacidad de ahorro presente, pero consideran que, en un futuro inmediato, se va a deteriorar. Tanto la percepción presente como la futura están por debajo de la evolución a largo plazo de la opinión relativa a la capacidad para ahorrar. Tras esta inquietud se encuentra la preocupación sobre el nivel de vida que en la percepción de los franceses se está reduciendo.

Gráfico 1. Evolución del indicador de confianza de los hogares franceses

Fuente: Insee.fr

Por su parte, entre 2010 y 2011, la renta bruta disponible aumento un 2,7% mientras que entre ese último año y 2012, lo hizo solamente en un 0,9%. En cambio los precios aumentaron en un 1,9%. Entre 2011 y 2012, el poder de compra por persona cayó un 1,4% y por familia también se redujo en un 1,9%.

La mayor preocupación se refiere al paro. Aumenta la distancia entre los que se manifiestan optimistas y los pesimistas en relación a la evolución del mercado de trabajo. En 2008, la tasa de paro en Francia era del 7,4% mientras que a finales de 2012 era de 9,8% y actualmente supera el 10%.

Contacto

Ranking de las universidades españolas

El documento Rankings ISSUE (Indicadores Sintéticos del Sistema Universitario Español) 2013 presenta los resultados de las universidades en sus actividades docentes, de investigación y de innovación y desarrollo tecnológico, ofreciendo una ordenación de las instituciones para cada ámbito y para el conjunto de las actividades universitarias.

Este documento describe la metodología desarrollada para la construcción de las variables y los indicadores que sirven de base a las distintas clasificaciones y analiza los dos tipos de rankings construidos, de volumen de resultados y de productividad, comparándolos entre sí y con el ranking de Shanghai.

Los resultados generales de los Rankings ISSUE de las Universidades Españolas se presentan bajo dos formatos distintos:

  • El Ranking ISSUE-V, que ordena las universidades según su volumen total de resultados
  • El Ranking ISSUE-P, que ordena las universidades según su productividad, es decir, corrigiendo el efecto de su tamaño

y teniendo en cuenta las tres grandes misiones de la Universidad Española:

  • La Docencia
  • La Investigación
  • La Innovación y Desarrollo Tecnológico

Esta clasificación resulta del volumen total de resultados –docentes, de investigación y de innovación y desarrollo tecnológico de las universidades españolas- y, por tanto, el tamaño de la universidad juega un papel en la misma junto con la productividad de cada institución.

La ordenación de ISSUE-V, agrupando a las universidades por terciles, es la siguiente:

Posición Universidad Posición Universidad Posición Universidad
1 U. Complutense 17 U. de Alicante 33 U. da Coruña
2 U. de Barcelona 18 U. de Castilla-La Mancha 34 U. Rey Juan Carlos
3 U. de València 19 U. de Murcia 35 U. Rovira i Virgili
4 U. Politécnica de Madrid 20 U. de Valladolid 36 U. Jaume I
5 U. Politècnica de València 21 U. de Oviedo 37 U. Miguel Hernández de Elche
6 U. de Granada 22 U. Carlos III 38 U. de Almería
7 U. del País Vasco 23 U. de Córdoba 39 U. de Jaén
8 U. de Sevilla 24 U. de Alcalá de Henares 40 U. de Girona
9 U. Politècnica de Catalunya 25 U. de Vigo 41 U. de León
10 U. Autònoma de Barcelona 26 U. Pompeu Fabra 42 U. Pública de Navarra
11 U. Autónoma de Madrid 27 U. de La Laguna 43 U. Pablo de Olavide
12 UNED 28 U. de Cádiz 44 U. de Lleida
13 U. de Zaragoza 29 U. de Cantabria 45 U. de Huelva
14 U. de Salamanca 30 U. de Las Palmas de Gran Canaria 46 U. Politécnica de Cartagena
15 U. de Santiago de Compostela 31 U. de les Illes Balears 47 U. de Burgos
16 U. de Málaga 32 U. de Extremadura 48 U. de La Rioja

Fuente: Fundación BBVA y IVIE, http://www.u-ranking.es/analisis.php

 

Las exportaciones españolas

Desde inicios de la actual crisis económica en 2008, la economía española ha experimentado una significativa expansión de sus exportaciones al tiempo que ha reducido con mayor intensidad las importaciones. El resultado ha sido una disminución del tradicional déficit comercial español.

Entre enero y julio de 2013, el crecimiento de las ventas exteriores fue de un 8%. Esta expansión se debe, en primer lugar, a un aumento del número de empresas que exportan. En total son un 9,5% más; y, un 6,7% lo hacen de manera regular. Esta mayor presencia de las empresas españolas en el exterior se debe en mayor medida al crecimiento de la economía internacional que al declive de la nacional. Durante los años 2009-2011, de menor crecimiento internacional, se contrajo el número de empresas internacionalizadas.

En segundo lugar, la contracción salarial y de costes ha mejorado la competitividad precio de los productos españoles en los mercados internacionales. También ha contribuido a ello la mejora de la productividad, especialmente la productividad aparente del trabajo.

En tercer lugar, han crecido de un modo significativo los mercados emergentes. El crecimiento económico de estos países, ha sido aprovechado por una parte de las empresas españolas, favoreciendo así una ligera reorientación geográfica de las exportaciones españolas.

Gracias a todo ello, si el año pasado el déficit comercial fue del 3% del PIB, este año podría llegar al 1%. Un dato muy lejano del 10% de déficit de los años de expansión.

Prácticas empresariales e inserción en el mercado de trabajo francés

PRACTICAS EMPRESARIALES E INSERCIÓN EN EL MERCADO DE TRABAJO

Según una encuesta llevada a cabo por el CEREQ, algunas de las prácticas que los estudiantes de la enseñanza superior francesa llevan a cabo tienen un alto contenido formativo, además de ser gratificantes. Son prácticas que, en general, aumentan la probabilidad de encontrar un empleo en la misma empresa en la que se han llevado a cabo.

En algunos casos, las prácticas llegan a considerarse una experiencia profesional, teniendo una incidencia positiva sobre la evolución profesional y salarial. En ocasiones, son un determinante importante de la inserción profesional de los estudiantes.

Pero éstas no son el único tipo de prácticas que pueden extraerse a partir de la experiencias de los estudiantes francés que ha sintetizado el Estudio del Centro de estudios e investigación sobre las cualificaciones (CEREQ).

Cuatro son los tipos de prácticas a las que están confrontados los estudiantes franceses. Las más gratificantes, se caracterizan por una aplicación de los conocimientos y habilidades adquiridas durante la formación, así como por una estrecha relación con el tutor de la empresa. Esta relación suele prolongarse más allá del periodo de prácticas. La retribución también suele ser más elevada (igual o superior a 250€ por mes). Se trata en muchos casos de prácticas obligatorias dentro de los planes de estudios. Suelen representar el 42% de las prácticas llevadas a cabo.

El segundo tipo de prácticas representan el 10% del total. Los contactos con el tutor son menos frecuentes que en el caso anterior, sin llegar a una situación de total aislamiento. Si las anteriores están presentes en las Escuelas de Negocios, las Ingenierías y los Masters en general, este segundo tipo de prácticas es propio de los estudios de Administración de empresa y de Economía.

El tercer tipo los constituyen las prácticas con una duración inferior a los tres meses. Las llevan a cabo los estudiantes de los primeros años universitarios. Representa el 35 % del total y son poco gratificantes. El 13% restante se caracteriza por la escasa o nula relación con la titulación estudiada.

Les entreprises exportatrices belges

 

Cette note reprend le contenu du travail de Dhyne et Duprez pour présenter les caractéristiques des firmes exportatrices belges.

Les entreprises belges en 2005

En 2005, parmi les 309 550 entreprises (hors banques et compagnies d’assurance) ayant déposé leurs comptes annuels auprès de la Centrale des bilans, 90 % étaient actives uniquement sur les marché belge et ne faisaient pas partie d’un groupe international, 6 % étaient soit importatrice soit exportatrices (one-way traders) ; 3 % étaiente à la fois exportatrices et importatrices (two-way traders) ; enfin, 1 % d’entre elles faisaient partie d’un groupe international, soit comme filiale d’une société étrangère, soit comme maison mère d’une multinational belge.

Le nombre de multinationales actives en Belgique est donc relativement limité : 1% du total d’entreprises (hors banques et compagnies d’assurance). Ces entreprises représentent cependant près de 45 % de la valeur ajoutée et 36 % des emplois dans le secteur privé (hors banques et compagnies d’assurances). Elles s’arrogent `elles seules près de 73 % des exportations et des importations de biens et des services.

Entreprises multinationales belges

Variable %
Poids

1

Valeurs ajoutée

45

Emplois

36

Commerce extérieur (exportations + importations)

73

Source : à partir de (Dhyne & Duprez, 2013)

 

A peine 10 % des entreprises belges sont actives sur les marchés internationaux. Mais, elles génèrent 75 % de la valeur ajoutée et 70 % des emplois dans le secteur privé. Ces entreprises exportatrices et/ou importatrices sont des sociétés de grande taille, ayant une productivité plus importante et de meilleures perspectives de croissance à long terme que les entreprises purement domestiques. Près d’un tiers des entreprises multinationales avaient effectué, en 2004 ou 2005, un investissement dans des actifs intangibles (R&D, Brevets et licences, marques,…) contre à peine 7 % des entreprises purement domestiques.

Évolution des entreprises sur la période 1995-2011

Au cours de la période 1995-2011, on observe une réduction constante du nombre d’entreprises exportatrices belges, surtout à partir de 2002. Si durant la période 1995-2001, le nombre d’entreprises exportatrices est passé de 8 618 à 10 449, seulement 8 703 sociétés exportaient encore des biens en 2011. Toutefois, cette diminution du nombre de firmes exportatrices ne s’est pas traduite par un recul de nos exportations totales, celles-ci étant principalement le reflet de l’importante augmentation du montant moyen exporté par entreprise.

Il y a cependant de grands mouvements annuels d’entrées et de sorties sur les marchés internationaux. Sur la période 1995-2011, 1 635 entreprises sont, en moyenne, entrées chaque année sur les marchés internationaux, alors que 1 604 en sont sorties. Pour les jeunes exportateurs, il semble qu’il soit difficile de pérenniser des activités au-delà d’un an. En effet, le taux de survie à un an des nouveaux exportateurs sur les marchés internationaux n’est que de 60 %, et il tombe à 23 % à un horizon de cinq ans.

 

 

Produits versus pays

Les entreprises exportent par nature plusieurs produits vers plusieurs marchés. En 1995, l’entreprise exportatrice moyenne exporte 14,2 produits. Ce nombre a augmenté au cours de la période 1995-2011, pour atteindre à la fin 22,1 produits. En 2011, 12 % des entreprises exportatrices ne négociaient qu’un seul produit.

En 2011, la firme exportatrice moyenne desservait 14 destinations différentes, soit quatre de plus qu’en 1995. Seules 10 % des firmes n’étaient actives que dans un pays et 4 % n’étaient exportatrice que d’un seul produit vers une destination unique.

Les exportations belges sont toutefois extrêmement concentrées au sein d’un nombre réduit de très grands exportateurs. Cette concentration s’est accrue au cours des 16 dernières années. 87 entreprises s’arrogeait 50 % des exportations de biens de la Belgique en 2011, alors que 80 % d’entre elles ne représentaient que 10 % du total.

Les exportateurs belges s’adaptent à la concurrence internationale en modifiant régulièrement leur portefeuille des produits sur les différents marchés sur lesquels ils sont actifs. La modification des produits a été spécialement active durant la crise. Ce changement notable dans le portefeuille de produits a principalement concernés les produits chimiques, le matériel électrique et les machines.

Selon Dhyne et Duprez, les évolutions observées semblent indique un repositionnement des entreprises belges dans l’exportation de produit à contenu technologique important ou moyennement important et à destination des marchés émergents. Cependant, d’après sa propre analyse macroéconomique, la diminution du solde commercial est le reflet d’un manque de dynamisme des exportations de bien en valeur de la Belgique.

Les exportations belges se sont inscrites en retrait par rapport à l’expansion annuelle moyenne du marché mondial. Les exportateurs belges s’orientent encore très peu vers les marchés émergents à croissance rapide. Le handicap de la Belgique relève davantage de la destination géographique des exportations que du type de produits exportés.

____

Références

Dhyne, E., & Duprez, C. (Juin de 2013). Dynamique structurelle du commerce extérieur de la Belgique. BNB Revue économique, 29-41.

 

 

 

 

Pouvoir d’achat, chômage et inégalités en France

Après une augmentation de +0,1 % au troisième, en France, le revenu disponible brut des ménages baisse de 0,5 % au quatrième trimestre. Le revenu disponible brut ou RDB est une grandeur macro-économique, qui mesure le revenu à disposition des ménages pour consommer et épargner.

Le revenu disponible des ménages

Selon l’INSEE, le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité, les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs. Quatre impôts directs sont généralement pris en compte : l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation et les contributions sociales généralisées (CSG) et contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS).

Revenu disponible = Revenu primaire – impôts – cotisations sociales + prestations sociales.

Le comportement du revenu disponible est déterminé tout d’abord par celui du revenu primaire. Le revenu primaire (ou les revenus primaires) des ménages est le revenu que les ménages tirent de leur contribution à l’activité économique, soit directement (revenu d’activité salariée ou non salariée), soit indirectement (revenu de placement mobilier ou immobilier). Il n’inclut donc pas les prestations sociales – c’est un revenu avant redistribution. C’est le fruit de la distribution du marché.

Revenu disponible = Salaire + Revenus non salariaux (bénéfices, honoraires …) + Revenus de la propriété (dividendes, Loyer …) – impôts – cotisations sociales + prestations sociales

Salaires, prestations sociales et impôts

D’après l’INSEE, la masse salariale reçue progresse légèrement (+0,3 % après +0,4 %), les prestations sociales restent dynamiques (+0,9 % après +1,0 %). Mais ces effets favorables sont plus que compensés par la forte hausse des impôts sur le revenu et le patrimoine (+7,0 % après +4,0 %). Cette augmentation au second semestre résulte notamment des mesures votées pour rehausser le rendement de l’impôt sur le revenu en 2012, ainsi que par la contribution exceptionnelle pour les redevables de l’ISF en toute fin d’année. De même les cotisations sociales à la charge des salariés accélèrent au quatrième trimestre (+2,0 % après +0,7 %) avec la hausse du taux de cotisation et la suppression des exonérations sur les heures supplémentaires.

La masse salariale est le cumul des rémunérations brutes des salariés de l’établissement (hors cotisations patronales). Les rémunérations correspondent aux salaires et primes des salariés au cours de l’année d’exercice.

Des écarts salariaux

La masse salariale est déterminée par l’évolution des salaires et celle de l’emploi (ou du chômage). En France, les salaires sont en réduction avec la crise économique, surtout pour les déciles inferieurs.

D’après Bertrand Marc, Nathalie Missègue et Laurence Rioux, les écarts de revenu salarial d’un salarié à l’autre sont élevés : en 2009, le quart des personnes aux revenus salariaux les plus hauts perçoivent dix fois plus que le quart de celles qui ont les revenus salariaux les plus faibles. Les différences de durée d’emploi sur l’année expliquent 84 % de ces écarts. Le reste provient des différences de salaire horaire.

Les inégalités de revenu salarial ont diminué entre 1995 et 2009, en raison d’une augmentation des durées d’emploi pour les « bas revenus salariaux » : les 25 % de personnes aux revenus salariaux les plus faibles ont travaillé en moyenne 95 jours (en équivalent-temps plein) en 2009, contre 81 jours en 1995. Les inégalités de salaire horaire ont fluctué avec la conjoncture mais restent tendanciellement stables sur la période 1995-2009.

Source : OCDE (2013), Le chômage s’accroît, dans Études économiques de l’OCDE : France 2013, Éditions OCDE

La faiblesse de certains revenus salariaux tient à des raisons diverses : entrée ou sortie en cours d’année du marché du travail (fin d’études, départ en retraite), cumul d’une activité salariée et d’une activité d’indépendant, perte d’emploi, etc. Pour 20 % des « salariés », c’est-à-dire des personnes ayant touché au moins un salaire dans l’année, les revenus salariaux sont « complétés » par d’autres revenus liés à une activité présente ou passée, comme des allocations chômage, des pensions de retraite ou des revenus d’indépendant.

Pouvoir d’achat, prix et impôts

Par ailleurs, le pouvoir d’achat désigne ce que l’on peut consommer ou épargner avec son revenu. Pour connaître l’évolution du pouvoir d’achat, il faut connaître l’évolution des prix, mais aussi l’évolution des revenus : si les revenus augmentent plus vite que les prix, le pouvoir d’achat augmente.

Les prix de la consommation progressent en outre de 0,3 % au quatrième trimestre (après +0,1 % au trimestre précédent), si bien qu’au total le pouvoir d’achat du revenu des ménages recule de 0,8 % au quatrième trimestre 2012 après avoir stagné à l’été. Sur l’ensemble de l’année, il baisse également : –0,4 % après +0,5 % en 2011, soit le premier recul depuis 1984 (–1,1 %). Mesuré par unité de consommation, ce qui permet de le ramener à un niveau individuel, il se replie de 1,0 % en 2012 (après –0,1 % en 2011). La forte hausse des impôts (+10,0 % après +6,6 % en 2011) est le principal facteur de cette baisse.

Les causes des inégalités

Les inégalités actuelles ne sont pas exclusivement liées à la perte d’emploi, même si celle-ci est une cause majeure. Pour les scientifiques sociales des Etats-Unis, la résurgence des inégalités est provoquée par un progrès technique biaisé. Les technologies de l’information et de la communication seraient complémentaires des salariés qualifiés, en augmentant leur productivité, et substituables aux salariés peu qualifiés, en les remplaçant. Le faible coût et la forte expansion de ces technologies bouleverseraient le marché de l’emploi par une réduction du nombre d’emplois peu qualifiés et des salaires concernés. La qualification technologique des emplois conduirait à une augmentation de la productivité. Un constat appuie cette explication : les différentiels de rémunération entre salariés qualifiés et non qualifiés s’accroissent conjointement avec la proportion de salariés qualifiés au sein même des différents secteurs d’activités.

Les inégalités en Europe

Par contre, en Europe, jusqu’au début des années 1990, les inégalités ne seraient pas liées aux changements technologiques, mais au changement structurel. L’afflux croissant de diplômés était absorbé non pas par une augmentation du recours aux diplômés au sein des différents secteurs de l’économie, mais bien plutôt par une redistribution progressive de l’emploi et de l’activité de l’industrie lourde (où les emplois non qualifiés seraient nombreux) vers les services et le tertiaire (plutôt plus qualifiés). Beaucoup plus que d’un chômage technologique, les personnes peu qualifiées ont alors souffert de la désindustrialisation du pays et des destructions massives d’emplois dans les industries où les non-qualifiés sont proportionnellement plus nombreux.

Selon cette thèse, à partir des années 1990, l’Europe connaitrait une double source des inégalités. Au chômage massif de la désindustrialisation s’ajouterait, comme aux États-Unis, un surcroît du chômage et une diminution des salaires par des causes technologiques.

Enseignement supérieur : diversification des étudiants, des établissements et des parcours de formation

Sous l’effet d’une augmentation des aspirations scolaires des étudiants et de leur famille et des politiques éducatives, une proportion croissante des membres d’une classe d’âge se rend dans l’enseignement tertiaire. On parle de massification du supérieur ou de démocratisation quantitative de l’enseignement postsecondaire.

Cette massification a conduit, sur le plan qualitatif, à une recomposition des publics et des collectifs d’étudiants qui se traduit par la présence plus grande d’étudiants provenant de catégories sociales précédemment exclues ou qui avaient un accès limité. Egalement, cette recomposition se manifeste sous la forme d’une large variété de parcours pour les étudiants qui s’éloignent du model traditionnel.

En plus de la diversification des étudiants, l’expansion de l’enseignement tertiaire a été accompagnée d’une complexification institutionnelle. L’université n’est plus l’institution reine (avec des variantes selon les systèmes nationaux) de l’enseignement postsecondaire. Les politiques éducatives ont conduit au renforcement ou à la création de nouvelles institutions comme les collèges communautaires (Canada et États-Unis), les collèges d’enseignement général et professionnel (au Québec), les collèges universitaires (Californie, Colombie-Britannique), les Hautes Écoles professionnelles (Suisse) ou les Instituts universitaires de technologie (France).

Au sein même des différents établissements, de nouveaux programmes ou de nouveaux champs d’études ont été créés. Interdisciplinaires, orientés sur un thème de recherche ou une sphère d’activité, ils visent souvent des objectifs professionnels très marqués. Une diversification des cursus qui a amené, dans certains pays, a de nouvelles articulations entre la formation professionnelle et technique et l’enseignement universitaire. Ce décloisonnement a fait basculé les universités vers des diplômes professionnalisant et aux autres établissements vers une offre des diplômes universitaires.

Pour Maroy et Van Campenhoudt (2010), l’enseignement postsecondaire, spécialement non universitaire, a connu une importante croissance, en recrutant proportionnellement plus parmi les nouveaux étudiants. Il n’y a pas eu élargissement de l’accès à l’université en fonction du capital scolaire des parents. Ils notent même une légère dégradation des chances d’entrée à l’université. En ce sens, la croissance des études a pris la forme d’une démocratisation ségrégative, même si, sauf quelques exceptions, il n’y a pas sélection à l’entrée des études universitaires.

La source des inégalités se trouve plutôt du côté des individus et des familles. Une part tient aux différences de parcours antérieurs au cours du secondaire mais, en même temps, à parcours scolaires antérieurs égaux et à origine sociale constante, des différences d’accès aux études postsecondaires tiennent aux aspirations (Doray et Murdoch, 2010). Ainsi, l’autosélection est un des processus de modulation de l’accès aux études postsecondaires qui conduit les jeunes Belges francophones vers l’enseignement non universitaire. Erlich et Verley (2010 ; 71) constatent que le poids de l’enseignement universitaire dans le postsecondaire français a diminué de manière significative en trente ans.

Une analyse du développement de l’enseignement supérieur et du déplacement des choix d’orientation des jeunes sur une période de dix ans éclaire cette situation. Cette baisse s’explique en grande partie par la hiérarchisation des filières, une professionnalisation des études et une forte sélectivité exercée sur les choix d’orientation. Si les changements apportés au baccalauréat avec la création des baccalauréats technologiques et la rénovation des baccalauréats professionnels ont ouvert l’accès de l’enseignement postsecondaire, les nouveaux bacheliers ont plutôt poursuivi dans l’enseignement technique (Doray et Murdoch, 2010). Ainsi, la démocratisation a-t-elle été ségrégative, comme dans d’autres pays, notamment en Belgique.

La diversification de l’accès s’est aussi produite à un moment de recomposition des filières de l’enseignement supérieur sous l’impulsion du processus de Bologne, mais aussi par le déploiement de stratégies des universités pour faire face à la diminution de leurs effectifs. Elles ont multiplié les filières professionnalisantes, en croissance d’effectifs, alors que les filières traditionnelles dites généralistes connaissent une désaffection étudiante.

En somme, l’espace postsecondaire est segmenté et hiérarchisé par le tri social des étudiants entre un secteur ouvert (non sélectif) et un secteur fermé ou sélectif. La nature des niveaux d’exigence intellectuelle, des modes de travail, de l’emploi du temps d’études et l’engagement des jeunes dans leurs études contribuent à la segmentation. La valeur des diplômes obtenus est très différenciée sur le marché du travail.

 

Pour en savoir plus :

« Nouveaux étudiants, nouveaux parcours ? », Education et sociétés, 2010, nº 26, http://www.cairn.info/revue-education-et-societes-2010-2.htm

© Images : Microsoft

Alerte : la situation des banques espagnoles est encore plus grave qu’il n’y paraît pour la zone euro

L’Espagne a connu une période de forte croissance économique presque exclusivement fondée sur le secteur de la construction. L’éclatement de la bulle immobilière a, certes, mis un terme à l’expansion, mais a également signifié bon nombre de problèmes autres qu’une simple récession. De graves problèmes. Le surendettement des ménages, des entreprises et des banques. En effet, pour financer le boom de la construction, les banques espagnoles se sont endettées à l’extérieur. Le surendettement des familles et des promoteurs a généré un vaste portefeuille de biens immobiliers invendus. Ces invendus sont entre les mains des banques et portés à leur bilan. Cette situation a entraîné la crise d’une partie du système financier espagnol, une crise que l’aide européenne a tenté d’assainir avec le Protocole d’accord entre le Royaume d’Espagne et l’Eurogroupe. Selon le Financial Times, Bankia, qui va publier ses résultats annuels fin février, devrait afficher une perte record de 19 milliards d’euros. Ses difficultés financières, avaient poussé l’Etat espagnol à demander une aide européenne pour ses banques.

Quelles mesures le gouvernement espagnol a-t-il prises en vue de résoudre le problème des invendus portés aux bilans des banques ? Il a décidé de créer une mauvaise banque (bad bank) qui se charge des actifs toxiques et d’assainir ainsi le reste du système financier. C’est un peu comme si l’on retirait d’un panier de pommes celles qui sont pourries avec l’espoir que les pommes restantes ne se gâteront pas. Les pommes pourries des banques, ce sont les actifs toxiques, qui ont été transférés à la Sareb, Société de Gestion des Actifs Provenant de la Restructuration Bancaire (Sociedad de Gestión de Activos Procedentes de la Reestructuración Bancaria, S. A.). Cette mauvaise banque est constituée à 45 % de capital public et à 55 % de capital privé. Ce dernier émane essentiellement des banques, des compagnies d’assurance et de certaines entreprises. Le gros des actifs de la Sareb, environ 40 milliards d’euros, provient des banques dans lesquelles l’Etat espagnol est intervenu : Bankia, Catalunya Bank, Novagalicia et Banco de Valencia.

En savoir plus